Histoires au bout du fil

Contes au téléphone

Partez dans un voyage imaginaire au cœur du désir avec les  Arts du Récits en compagnie de Marie-Hélène Gendrin et Lamine Diagne. A écouter seul ou à plusieurs. 

Les artistes

Marie-Hélène GENDRIN

Contes étiologiques, facétieux, initiatiques, merveilleux, philosophiques, Marie-Hélène Gendrin raconte tout. A tout le monde. En tout lieu. Même sous la pluie. Même à ceux qui ne connaissent rien aux histoires. Elle raconte aussi les rumeurs, les farces, les menteries, les légendes urbaines, l’imaginaire d’aujourd’hui, le patrimoine de demain.
Et quand elle ne raconte pas, elle collecte ce qui pourrait être raconté. Ou lu. Ou écrit. Elle met tout ça en forme : spectacles, livres, expos… Elle travaille aussi avec d’autres créateurs : musiciens, poètes, photographes… Elle s’amuse. Alors, avec elle, on s’amuse aussi. Ou parfois on s’envole. Elle est passeuse d’histoires.
Découvrir son univers

Lamine Diagne

Lamine Diagne a commencé par se former aux arts plastiques. Mais le conte et la musique deviendront ses deux espaces d’expression privilégiés. Depuis 2003, ses créations sont régulièrement programmées sur le réseau national des lieux de diffusion « jeune public » et des festivals de conte. Il attache également une attention toute particulière à tisser, avec les équipes d’établissements scolaires ou hospitaliers, les pourtours d’aventures artistiques singulières, croisant récits, témoignages et installations vidéo.
Découvrir son univers

22 & 25 /03 – 18h & 21h

Comment écouter les contes?

Appeler le 09 72 40 89 34 et composer le code d’accès 0322.
Numéro gratuit!

En partenariat avec le Centre des Arts du Récit

Les contes

Désir, désert
Il veut tout. Tout de suite. Et pour lui seul. Il veut tout, et même le reste, même les p’tits bouts, même les miettes. Tout, pour toujours. On lui dit pourtant de ne pas y aller, on lui dit pourtant de rester là, chez lui, chez nous, au village. Mais il y retourne. Encore et encore. Alors, comment l’histoire pourrait-t-elle finir autrement ?
Si tu coupes du bois dans la forêt, l’écho le répète. Fais bien attention. Car, l’écho, il monte du fleuve, ou il sort d’un arbre. Alors, si tu l’entends, si tu entends l’écho, sauve-toi.

Une histoire de désir
C’est l’histoire d’un monstre, son avidité est immense, il détruit tout sur son passage. Alors, forcément, on le craint. Alors, forcément, il est seul. Et l’histoire pourrait s’arrêter là. Or, fort heureusement, l’histoire ne s’arrête pas aussi tôt. Au contraire, c’est même là, précisément, qu’elle commence. Il se passe quelque chose, et soudain l’armure se lézarde, le ciel respire…
C’est l’histoire d’une ouverture au monde, à l’autre, à la surprise. L’histoire de la liberté. L’histoire du désir.

Om al Hikaya, la mère des histoires // Un Road movie pour Peugeot 404
Fraîchement débarqué à Tunis un jeune homme assoiffé d’histoires retrouve le maître conteur Alif Mansour. Il s’attend à ce que ce dernier l’abreuve de contes et de légendes, mais le vieux maître ne dit rien, il lui apprend tout d’abord à écouter.
Ensemble ils traversent le désert tunisien. Chaque homme, chaque femme qu’ils croisent durant leur périple est une histoire vivante : Mohamed Salla et son âne, les tapis magiques de Salim Hilali, la belle Ismaya, le berger de Bou Saad.
Ce voyage initiatique les mènera jusqu’à la grotte de Om al Hikaya, la Mère des histoires…
Le désir de connaissance est le moteur de cette quête, et comme souvent dans les contes bien narrés, rien ne se passe comme prévu et la destination est au-delà de toute attente.

Le désir comme un appel à la vie. Le désir de connaissance. Le désir de liberté, le désir d’échapper au désir de l’autre. Le désir est une faim, une soif de vivre plus intensément. Le désir nous propulse vers l’avenir, notre propre devenir en dépend. L’objet de notre désir est souvent limité par l’horizon du connu mais par bonheur les chemins tortueux sur lesquels il nous pousse sont pleins de surprises et d’heureux hasards…